LES TRIACLEURS

Ruinés par le goût prononcé de l'un d'entre eux pour les inventions saugrenues et les banquets bien arrosés, François et Gabrielle de la Roche du Bois de l'Adret déambulent dans les rues et tentent de prouver au plus grand nombre l'efficacité des merveilles magiques qu'ils essayent d'écouler afin de rembourser leurs dettes. Vendant à qui veut bien croire leur boniment d'innombrables remèdes à tous les maux possibles et imaginables, tous deux se font « triacleurs », du nom de ces commerçants peu scrupuleux décriés par les auteurs humanistes, notamment par Rabelais qui en a même fait l'un des métiers de Panurge.

Tirant son savoir des formulaires et lapidaires de l'Antiquité grecque et latine portée aux nues par les savants de la Renaissance, François expose ainsi les propriétés miraculeuses de nombreuses amulettes et talismans, y compris des pierres magiques portées par Gargantua durant son enfance. Quant à sa sœur Gabrielle, elle propose à la vente d'authentiques et saintes reliques, se faisant même parfois « pardonneuse » en promettant des indulgences à tous ceux qui lui achèteraient une sainte phalange ou une sainte rognure d'ongle, au risque d'attirer sur elle la colère des évangélistes et, plus encore, celle des réformés français menés par Calvin, grand dénonciateur de ce type de commerce.

(Nos costumes Renaissance ont été récompensés lors du Festival des Professionnels du Spectacle Historique « Fous d'Histoire » de Pontoise par un prix « Coup de Cœur » en novembre 2012)

 

Contact - Galerie - Agenda - Espace Pro - Presse - Qui sommes-nous ?

accueil